La surface et le fond !

--------------------------------------------------------------------

 

Les lois et règles sont édictées par ceux qui ont le pouvoir !

 

 

On ne peut être a priori que d'accord avec l'indignation de l'auteur de ce texte de rappel à l'ordre , mais pourtant, dans le fond ..? ....

 

Questions préalables :

 

1) Toutes les lois et règles établies sont-elles respectables et conformes aux intérêts de ceux qui les subissent ? 

2) Par qui et pour qui ont-elles été établies et sur quels intérêts réels reposent notamment le pouvoir de la tour de contrôle ?

3) Le droit d'accès du littoral légalement libre d'accès pour tous, pourquoi les parapentistes ne seraient tolérés que sous de strictes conditions ?    

4) L'aviation civile et militaire ne jouit-elle pas de privilèges exorbitants et injustifiés à notre époque, sur les particuliers ? 

5) D'autre part, les chasseurs ne nous imposent-ils pas, eux-aussi, leurs lois pendant plus de 6 mois de l'année ?

6) Ne sommes -nous pas tributaires pour notre loisir d'une pente, de conditions météorologiques, de l'acceptation d'un propriétaire, de celui d'un maire, de plaintes de taciturnes ne se supportant pas eux-mêmes.?

7) Ne sommes -nous pas contraints de subir l' irritabilité de pilotes en surnombres, sur des sites trop exigus et trop rares en région parisienne.?

8) Sommes- nous obligés de subir les contraintes de tous et réduire notre liberté à une obéissance servile, limitée à un pré carré exiguë ?

9) Faut-il se battre pour élargir le champ de nos libertés ou subir des règles non conformes à nos intérêts ?

10) Faut-il écouter systématiquement  ceux qui nous invitent, de peur de perdre leur petite liberté, d'adopter un profil bas et faire systématiquement  le dos rond pour satisfaire les empêcheurs de " voler en rond ."     

11) Les lois naissent des intérêts d'un groupe, d'une collectivité à un moment donné dans un domaine ou un lieu particulier... Doivent-elles par conséquent être considérées comme éternelles et légitimées comme telles.    

12) Les lois n'existent-elles pas tant qu'on les accepte et les respecte . Si elles sont contraires aux intérêts d'une autre collectivité ne faut-il pas les contester et définir un cadre plus conforme aux nouveaux intérêts des parapentistes présentement condamnés à la portion congrue ? 

13) Ne convient-il pas de distinguer les règles de sécurité élémentaires des contraintes arbitraires justifiées par des privilèges ou par des traditions ?

14) collaborer avec ceux qui nous contraignent à respecter des intérêts conjecturalement établis, n'est-il pas une démission de notre propre droit et dans ce cas, comment peut-on améliorer la condition des parapentistes en faisant toujours preuve d'abdication ?

15) comment se faire respecter sans dénoncer ni contester le fondement de certaines contraintes abusives que nous subissons perpétuellement ?

16) Céder au chantage de fermeture des militaires ou des pouvoirs publics au havre, ne nous rend-t-il pas complices de leur abus de pouvoir ?

17) A-t-on seulement réfléchi  à l'incongruité de leurs implantations sur le bord de la mer, à proximité des habitations, au milieux d'innombrables touristes et des campeurs ! Des entreprises gagnées par l'extension de la ville déménagent, pourquoi pas la tour "prends garde"

18) Pourquoi ne serait-ce pas à ces militaires et aux avionneurs privés de déménager en raison de leurs nuisances à la collectivité ( envahissants et bruyants dans un lieu de loisir). Ils disposent de surcroît d'une motorisation pour voler en tous lieux, alors que les parapentistes sont inféodés à la nécessités d'une pente ! 

19 ) N'est-il pas temps de s'interroger sur la légitimité de certains pouvoirs ?    

20 ) Certains parapentistes alarmistes ont -ils seulement conscience qu'ils se sont soumis eux-mêmes, par l'auto-censure, aux structures contraignantes qui finalement ont réussi à ériger en eux des prisons mentales, sans barreau, difficilement compatibles avec le sentiment de liberté du vol dit, abusivement "libre" alors qu'il est dans les faits profondément aliéné aux innombrables contraintes extérieures qui progressivement finiront par le faire disparaître !

21) Ceux qui font appel à la conscience et à la responsabilité des parapentistes ont-ils vraiment conscience des conséquences ultimes des tenants et aboutissants de leurs argumentations collaborationnistes avec ceux qui avanceront toujours aussi loin que nous reculerons face aux menaces, chantages et aux pressions diverses ? 

Conclusions :

Combien de fois avons nous été l'objet de brimades, de menaces, d'abus de pouvoir dans notre activité de parapentiste ?

Nos abdications perpétuelles, comme par exemple face aux  privilèges des chasseurs, deviennent elles aussi une tradition . Je comprends évidemment l'intérêt des chasseurs, mais certainement pas celui des parapentistes habitués à se soumettre aux diktats. 

Dans notre monde, le pouvoir politique ne cède pas aux revendications légitimes des citoyens, mais simplement à leur pouvoir de nuisance !

Ouvrez donc les yeux sur l'actualité politique, elle est particulièrement illustrative de mon constat et du bien fondé de mes  propos. 

Convenez -en, le respect des lois, des règles, est certes un acte  de civisme vis à vis du pouvoir établi, mais qui ne mène à rien dans notre société en comparaison de l'action continue d'un groupe de pression, dont les revendications finissent toujours par faire loi dans l'esprit des pouvoirs publics . 

Une revendication continue finit par créer un droit  ! Qu' attendons-nous pour faire valoir les nôtres ?

Alors, conciliation avec les structures conservatrices ou revendications et pressions continues pour défendre le parapente et le rendre enfin libre, pas seulement dans les termes, mais également dans les actes !        

 

Voici donc de nouveaux  arguments qui ont la vertu d'inciter à la réflexion et à permettre à chacun en toute conscience d'adopter l'attitude qui lui semblera à terme la plus judicieuse, en concertation bien évidemment avec les autres, car si le parapente est une activité individuelle, sa défense ne peut-être que collective et en parfait accord avec les conditions de l'environnement .

 

Attention, ceux qui veulent à tous prix la paix, ne font que déclencher la guerre contre eux-mêmes...

 

Vous êtes pour le vol libre ? Alors libérez-le, mais intelligemment  !...

 

René